Spongiaires
Classification
 

A partir du phylum principal “Porifera”, qui regroupe l’ensemble des spongiaires, deux sub-phylums et quatre groupes ont été récemment définis:

SUB PHYLUM - CELLULAIRE

1-Calcisponges

Les Calcisponges sont exclusivement marins, de formes généralement petites avec un léger squelette constitué de spicules de calcite (carbonate de calcium).

2- Démosponges

Les Démosponges représentent 95 % des espèces d’éponges vivantes et incluent les espèces d’eau douce. Le squelette est fait de spongine, avec, pour quelques espèces des spicules d’opale (silice)

3- Sclérosponges

Les Sclérosponges ont pour squelette une combinaison de fibre de spongine et de spicules silicieuses qui entoure un squelette central et plus large à base de calcaire.

SUB PHYLUM - SYNCITIAUX

Hexactinellidae - Hexactinellides

Les Hexactinellides ont un squelette composé de spicules d’opale (silice). On les trouve dans la zone littorale des mers froides actuelles ou profondes. Ce sont les éponges les plus primitives. Elles sont aussi appelées éponges de verre.

La classification des éponges est basée sur la composition du squelette

Cliquez pour revenir en haut de la page Ecologie
 

Les éponges sont parties intégrante du benthos et plus particulièrement de la faune épigée fixée et sont de préférence fixées sur des substrats durs.
Une fois qu’ils ont trouvé une place sur ou dans le substrat, les êtres benthiques se heurtent à un autre problème: se nourrir.
Se nourrissant d’organismes de très petites tailles les éponges se classent parmi les microphages et pour cela entretiennent un courant d’eau permanent.

Cliquez pour revenir en haut de la page Biotopes


De nos jours les Hexactinellides, semblent adaptés à des températures très basses. ils vivent dans les abysses jusqu’à 4 800 mètres (2 0C), tandis que vers 500 de latitude, dans les eaux subarctiques, on les récolte entre 20 et 30 mètres.

Les Démosponges et les Calcisponges sont en majorité littoraux et liés à tous les biotopes. Les Spongiaires sciaphiles sont installés dans des grottes sous-marines ou sous des pierres (absence de luminosité). Certains Calcisponges descendent jusqu’à la base du talus récifal (105 m).

Des Démosponges non calcaires, ont conquis les eaux continentales douces; d’autres restent dans le haut de la zone littorale, les herbiers et les mangroves. D’autres, souvent de mers chaudes, présentent leur maximum de fréquentation entre 90 et 350 mètres, mais peuvent vivre en eaux bathyales jusqu’à près de 2 000 mètres. Certains Démosponges sont disposés autour des aires polaires. C’est parmi les Démosponges que se trouvent les seules éponges d’eau douce.

Cliquez pour revenir en haut de la page Fonction
 

L’activité des éponges n’est pas apparente. Leur fonction essentielle consiste à pomper de l’eau pour respirer (diffusion) et se nourrir..

Certaines espèces d’éponges peuvent servir de nourriture à d’autres animaux. C’est le cas de l’espèce Petrosia ficiformis (éponge pierre) qui représente l’aliment de base du nudibranche Chromodoris doridacea (doris dalmatien)

Beaucoup d’animaux, y compris les éponges, peuvent abriter dans leurs tissus des algues unicellulaires microscopiques qui, par leur photosynthèse, apportent à leurs hôtes un appoint non négligeable d’aliments. C’est un phénomène de symbiose, ou mutualisme, phénomène répandu dans la nature.

Cliquez pour revenir en haut de la page Caractéristiques
 

Ce sont des Métazoaires, animaux pluricellulaires simples et primitifs essentiellement pourvus de systèmes filtreurs.

Les cellules constituantes des éponges sont spécialisées, leur organisation est de type lâche (pas de regroupement).

Elles ne possèdent ni organe ni tissu véritablement définis.

Il n’y a ni système nerveux ni structure sensorielle.

Elles ne chassent ni capturent leur nourriture.

Elles ne se déplacent pas

Elles sont sessiles (attachées au substrat)

Elles possèdent de nombreuses formes et tailles.

Elles comprennent de petits pores externes inhalants (ostioles) reliés par un système de canaux à de gros pores exhalants (ostules).

Des cellules à collerettes (choanocyte) et flagelles dans une partie des canaux aquifères provoque la formation d’un courant unidirectionnel entretenu, pouvant être interrompu sous certaines impulsions.

On peut rencontrer, suivant les espèces d’éponges, trois types d’organisation:
-Ascon.
- Sycon
-Leucon

Cliquez pour revenir en haut de la page Alimentation
 

Les éponges étant des animaux sessiles, elles ne peuvent pas poursuivre leur nourriture. Les pores inhalants, exhalants et canaux sont essentiels pour leur survie. Il y a mise en circulation de l’eau à travers l’éponge, des filtres récupérant les éléments nutritifs (essentiellement du phytoplancton)

Cliquez pour revenir en haut de la page Reproduction
 

Les éponges possèdent deux types de reproduction:

Reproduction sexuée

Si quelques éponges possèdent des sexes séparés, la plupart d’entres-elles sont hermaphrodites et donc capable de produire des gamètes mâles ou femelles. Les saisons ont une action sur le cycle de reproduction sexuée.

Reproduction asexuée

La reproduction asexuée, fréquente chez les éponges, se fait par bourgeonnement. Les spongiaires ont un grand pouvoir de régénération et sont capables de se régénérer à partir de leurs cellules dissociées.

Cliquer pour imprimer cette page Cliquez pour revenir en haut de la pagehttp://usma.plongee.free.fr