Mollusques
Caractéristiques
 

(latin : noix à écorce molle)

Les mollusques font parti des animaux invertébrés multicellulaires (métazoaires) triploblastiques (3 feuillets). Il s'agit d'un embranchement extrêmement important. Les mollusques vivent partout : dans les sédiments, parmi les rochers de toutes les mers du globe, sur la terre ou dans les eaux douces. Les mollusques marins ont des modes de vie très variés.
On compte aujourd'hui environ 100 000 espèces réparties en sept classes. Tout comme les autres animaux, les mollusques se sont adaptés à une gamme de conditions de vie variant largement des rochers éclaboussés par la mer aux profondeurs abyssales.
Il existe de nombreux types d'habitats : les côtes sableuses, la vase, les rivages rocheux, les récifs madréporiques.

Cliquez pour revenir en haut de la page Morphologie
 

Les mollusques ont un corps mou, non segmenté. Ils possèdent presque tous une coquille externe ou interne au corps de l'animal qui sert de protection ou "bouée" chez les mollusques qui nagent ou qui flottent. Cette coquille grandit au fur et à mesure de la croissance de son hôte. Le corps des mollusques est composé de 3 parties :

LA TÊTE

Généralement bien distincte (sauf chez les bivalves) Elle comporte une bouche, des yeux et des tentacules. Le pharynx possède une languette recouverte de denticules cornées (radula) qui fonctionne à la manière d'une râpe et qui permet à l'animal de déchiqueter ses proies. La forme de la radula, très spécifique, est un élément déterminant de la classification. La tête est également le siège du système nerveux central.

LE PIED

Ventral et très musclé, il peut s'étaler pour former une sole pédieuse servant à la locomotion pour la plupart des mollusques. Il se trouve très modifié chez les céphalopodes et les bivalves.

LA MASSE VISCÉRALE

Forme le dos des gastéropodes et des céphalopodes, elle renferme l'estomac, l'intestin et le cœur ainsi que les glandes digestives et les organes sexuels. La masse viscérale est entourée par la membrane charnue "le manteau" qui secrète la coquille. Le manteau prend naissance entre le pied et la masse viscérale.
Entre la masse viscérale et le manteau s'ouvre la cavité palléale qui contient les branchies plumeuses, ainsi que les orifices des organes excréteurs et sexuels. Les branchies sont les organes respiratoires des mollusques aquatiques et ont entres autres pour rôle d’absorber l'oxygène.
Les mollusques sont les premiers animaux qui possèdent un véritable cœur. Mais l'appareil circulatoire n'est pas complètement formé, le sang circule dans de courts vaisseaux qui partent du cœur, traversent les branchies pour revenir chargé d'oxygène vers le cœur.

Leur système nerveux est formé d'une chaîne de ganglions plus ou moins concentrés, il existe ainsi des ganglions : cérébraux, pédieux, viscéraux et palléaux.

Chez la majorité des mollusques, les sexes sont séparés, bien que certains soient hermaphrodites. La reproduction est exclusivement sexuée, et s'effectue au moyen d'œufs libérés dans l'eau, soit fixés sur un support. L'œuf donne naissance à une larve nageuse entourée de cils vibratiles. Lorsque ces cils disparaissent la larve tombe sur le fond et la métamorphose commence.

Le régime alimentaire est extrêmement varié. Selon les espèces ils sont herbivores ou carnassiers, d'autres se nourrissent de cadavres ou de fines particules.

Cliquez pour revenir en haut de la page Monoplacophores
 

Surtout fossiles, on les croyait disparus jusqu'en 1952 où fut découvert un exemplaire par 3872 mètres de fond, leur coquille unique est conique aplatie et simple.

Cliquez pour revenir en haut de la page Aplacophores
 

Caractérisés par leur absence de coquille. Leur manteau secrète des spicules calcaires, ils se nourrissent de micro organismes, vivent dans la vase et parfois sur des cnidaires et les algues dont ils s'alimentent. On les trouve dans toutes les mers bien que leur endroit de prédilection soit les eaux très froides la zone abyssale.

Cliquez pour revenir en haut de la page Polyplacophores
 

Ils ont un corps ovale, la face ventrale est aplatie en sole de reptation. Ils sont recouverts d'une coquille formée de huit plaques calcaires mobiles percée de canaux où passent les organes sensoriels. Notamment des organes visuels ou "yeux coquilliers". Les chitons sont solidement fixés aux rochers, les piquets de bois ou d'autres mollusques par leur pied ventral, mais ils peuvent quitter leur gîte pour se nourrir d'algues et de diatomées, et y retourner. Ils respirent par de nombreuses branchies plumeuses. Chez presque tous les chitons les sexes sont séparés. Ce sont des herbivores.

Cliquez pour revenir en haut de la page Scaphopodes
 

La coquille ressemble à une défense d'éléphant. C’est un tube arqué ouvert à ses deux extrémités. La tête, à peine différenciée, comporte deux touffes de tentacules par lesquelles l'animal se nourrit et dont le centre porte la bouche. Ils n’ont pas d'appareil respiratoire spécialisé. Leur pied étroit et fouisseur. Les produits génitaux sont expulsés par un siphon débouchant à l'orifice postérieur. Ils vivent enfoncé en position oblique dans la vase ou dans le sable. Les sexes sont séparés. Exemple : le dentale.

Cliquez pour revenir en haut de la page Gastéropodes
 

C’est la classe la plus importante, elle représente les trois quarts des mollusques. Ils possèdent une seule coquille dans laquelle s'enroule en spirale la masse viscérale. Dès les premiers stades du développement, le tube digestif, droit, se recourbe en U, amenant l'anus près de la base du pied. La coquille se spirale, puis la masse viscérale se tord en demi tour, ce qui amène la cavité palléale (l'anus) sur le dos. La tête, distincte du reste du corps porte des tentacules avec des yeux à leur base. La bouche est souvent prolongée par une trompe. Le pied est très large. Certains ferment leur coquille par un opercule. La reproduction peut être sexuée ou asexuée.

Ils sont :

- Brouteurs herbivores : les patelles, les ormeaux, les troques.
- Microphages : les turitelles, les crépidules.
- Carnivores : les trivias, les murex, les matrices, les cônes des tropiques.
- Nécrophages : les buccins, les nasses.

On distingue 3 Sous-classes :


LES PROSOBRANCHES

Possèdent une coquille (patelle, ormeau, troque, gibulle, etc.)


LES OPISTHOBRANCHES

Ils n’ont pas de coquille (lièvres de mer, nudibranche) Ils se distinguent des prosobranches par la structure différente de leurs branchies et par l'atrophie progressive de la coquille. La radula est hérissée de plusieurs rangées de petites dents très fines.

LES PULMONES

Ils n’ont pas de branchies (limnées, et sur terre les escargots, les limaces). La tête porte une ou deux paires de tentacules et une radula bien développée. Ils respirent l'oxygène de l'air grâce à une sorte de poumon.

Cliquez pour revenir en haut de la page Bivalves
 

ou LAMELLIBRANCHES

Il existe environ 15 000 espèces (moule, coquille Saint Jacques, etc.). Leur corps est inclus dans une coquille calcaire à deux valves réunies par un ligament élastique s'articulant au moyen de muscles adducteurs.
Une glande située dans le pied le byssus, sorte de touffe de poils sert à l'ancrage de l'animal. Ils ne possèdent pas de radula.
De chaque côté du pied se trouve une branchie formée de lamelles ou de filaments munis de nombreux cils. Le battement de ces cils provoque et entretient un courant d'eau à l'intérieur de la coquille. L'eau pénètre par le siphon ventral et ressort par le siphon dorsal. Les bivalves sont des animaux filtreurs.
La branchie, outre son rôle respiratoire sert à la capture de la nourriture, constituée principalement d'algues microscopiques et de particules en suspension dans l'eau. La plupart d'entre eux vivent dans la vase ou sur les fond sableux où ils s'enfouissent par des mouvements répétés des valves et du pied.
Pour se déplacer sur le fond ils utilisent leur pied mais ils peuvent aussi nager par un claquement brusque des valves ce qui expulse l'eau vers l'arrière et fait avancer le mollusque par réaction. Ils flottent également au gré du courant.
Certains bivalves perforant creusent leur loge dans le bois et parfois dans les roches calcaires. Ils ont la particularité d'être comestibles, ce qui en fait une « proie » pour l'homme mais également pour les pinnipèdes, les oiseaux et les échinodermes.
Sous la couche cornée extérieure, se trouve une épaisse couche de carbonate de chaux qui se compose d'une couche prismatique extérieure et d'une couche de nacre intérieure.
Les corps étrangers qui pénètre entre la valve et la face du manteau. sont revêtus de substance nacrée et deviennent des perles (huîtres perlières).
Ce sont des animaux hermaphrodites.

Cliquez pour revenir en haut de la page Céphalopodes
 

De céphale (tète) et podos (pied). Ce sont des mollusques prédateurs très évolués. Le corps n'a pas subi de torsion. La tête est relativement grande, pourvue d'yeux perfectionnés comparables à ceux de l'homme. La bouche est munie d'un bec de perroquet actionné par des muscles puissants. Ils possèdent un organe d'équilibration qui ressemble à celui des canaux semi circulaires de l'oreille humaine. Ils sont pourvus d'un cerveau perfectionné. Ce sont des nageurs très rapides. La coquille est interne (sauf pour le Nautille). L'eau est chassée de la cavité palléale par un entonnoir musculeux. En cas de danger, le contenu d'une glande à encre, située dans la région anale, se répand au dehors avec l'eau expulsée. Ils peuvent vivre jusqu'à 5 000 mètres de fond et atteindre des grandes dimensions, se nourrissent de poissons, de petits crustacés mais également de charognes. Les sexes sont séparés, leurs œufs forment le plus souvent des grappes gélatineuses (raisins de mer). L’éclosion donne directement naissance à de jeunes céphalopodes sans stade larvaire.

On distingue deux grandes sous-classes :

LES TÉTRABRANCHIAUX

Ils possèdent deux paires de branchies (exemple le Nautile)


LES DIBRANCHIAUX

Ils possèdent une paire de branchies. Parmi eux on distingue :

Les décapodes

Ils possèdent 8 bras courts et 2 bras longs (exemple : la seiche, le calmar). Leur corps est allongé renferme une coquille interne qui peut être calcaire et friable (os de seiche) ou cornée et translucide (plume chez le calmar).

Les octopodes

Ils possèdent 8 bras. Leur corps est trapu et sans coquille (exemple : le poulpe).

REPRODUCTION
Les mollusques sont, à part quelques exceptions, à sexe séparé.

Les bivalves, les polyplacophores et les scaphopodes émettent les produits génitaux dans le milieu ambiant où aura lieu la fécondation.

Pour les autres espèces, la femelle libèrera ou fixera les œufs issus de la fécondation après accouplement.

L’éclosion des œufs donnera des larves pélagiques.

Quelques espèces sont hermaphrodites. Ces cas se trouvent chez les polyplacophores, les gastéropodes prosobranches, pulmonés et opistobranches, les bivalves. Il peut y avoir plusieurs changement de nature de sexe au cours de la vie de ces espèces.

Cliquer pour imprimer cette page Cliquez pour revenir en haut de la pagehttp://usma.plongee.free.fr